La loi la plus nocive

Publié le par intoxikinfo.over-blog.com

Billets d'auteur - Histoire

code_cible

De toutes les lois scélérates promulguées ces dernières décennies, celle sur le regroupement familial organisé par le duo d’enfer Giscard-Chirac (décret n°76-383 du 29 avril 1976) est certainement la plus pernicieuse, au regard de ses conséquences d’autant plus désastreuses qu’elle est totalisante.

Rappelons tout d’abord le tableau démographique. Cette loi intervient l’année suivant la loi Veil sur l’avortement (janvier 1975). Nous en payons les pots cassés : une progressive substitution de population, les familles immigrées ayant en moyenne plus d’enfants que les françaises indigènes : d’après Michèle Tribalat, la natalité française est de 2,1 enfants par femme, mais tomberait à 1,71 sans les immigrés. Les extra-européens passent ainsi d’une minorité, assimilable tant qu’elle reste peu nombreuse (selon De Gaulle), à une part substantielle de la population française.

Nous le voyons, une contre-colonisation – que Renaud Camus nomme « le grand remplacement » – est à l’œuvre en France. Un génocide en marche encensé sous le nom de « métissage » (Ivan Rioufol préfère quant à lui parler d’idéologie « mélangiste »), avec ses arguments de propagande désormais bien connus (ouverture, tolérance, diversité…) et ses procès en sorcellerie à l’encontre des réfractaires.

Et pourtant, derrière le culte du « Veau d’Autre » décrit par Pierre-André Taguieff se glisse une contradiction insurmontable.

Chanter les louanges de la Diversité et en même temps se faire l’apôtre d’un métissage global (ou « mélangisme ») constitue une aporie. En effet, c’est ce « métissage global » qui revêt un aspect de plus en plus obligatoire, et qui s’avère être une menace réelle pour la diversité, la vraie, celle des peuples et de leurs spécificités culturelles et ethniques. Si se métisser relève du choix individuel, LE métissage est aujourd’hui une idéologie serinée, une obligation, le seul traitement adapté au cas d’un Français recuit et moisi, tel que le livre « L’idéologie française » du philosophe milliardaire BHL l’a décrit (un travail dans lequel BHL a été secondé, rappelons-le, par le pesant et épuisant écrivain Philippe Solers). Comme l’exposait Taï Luc, chanteur de La Souris Déglinguée, « le métissage c’est une affaire sentimentale. C’est des initiatives d’êtres humains avant tout. Ce ne sont pas des partis politiques qui doivent te dire ce que tu dois faire. »

Lire la suite...sur Scriptoblog

Commenter cet article