FEMMES et SOCIÉTÉ : Plus de diplômes, plus de divorces, plus de solitude et moins d'enfants

Publié le par intoxikinfo.over-blog.com

La fécondité est plus faible et plus concentrée pour les femmes les plus diplômées qui deviennent mères pour la première fois en moyenne 5 années après les femmes non-diplômées. Enfants et diplômes, pourquoi faudrait choisir « son camp » ? La dernière revue trimestrielle publiée par l’Institut national d’études démographiques (INED) ne répond pas directement à la question mais nous propose une photographie de la vie d’aujourd’hui des femmes et des hommes, ensemble, séparés ou en célibataire. 45 divorces pour 100 mariages, une personne sur 3 jamais mariée à 50 ans, l’époque est définitivement à la solitude ou …à l’individualisme ? Un zoom inédit sur des femmes diplômées, moins souvent mères et plus souvent seules.

La population française estimée à 62,8 millions d’habitants au 1er janvier 2010, marque une hausse de 5,2/1.000 par rapport à 2009, plus faible que les années précédentes sous l’effet combiné d’une faible baisse des naissances et d’une légère augmentation des décès.

L’indicateur conjoncturel de fécondité s’est légèrement replié en 2009, passant de 2 enfants par femme à 1,99 (de 1,99 à 1,98 en France métropolitaine), en raison de la baisse de la fécondité des femmes de moins de 30 ans. L’âge moyen à la maternité atteint 30 ans pour la première fois. Dans le même temps, les interruptions volontaires de grossesse (IVG) demeurent plus nombreuses que dans les années 1990 (213 400 en 2007, contre un nombre estimé à 206-207 000), soit 0,53 IVG par femme. L’âge à la première IVG tend à diminuer et la fréquence des IVG à répétition à augmenter…Enfin, La mortalité infantile (3,6 décès d’enfants de moins d’un an pour 1.000 nés vivants) ne baisse plus depuis 2005.

Vers la solitude: Divorces plus fréquents- en 2009, toujours supérieur au niveau enregistré au début des années 2000-, vie en célibataire ou monoparentale plus fréquente pour les hommes et les femmes âgés de 25 à 65 ans, la vie en couple est-elle en voie de disparition ? Car le rythme des pacs, si leur nombre a encore augmenté en 2009, se ralentit et en 2009, la diminution du nombre de mariages est nette (de 5 %). Résultat, la proportion d’hommes et de femmes atteignant la cinquantaine sans avoir jamais été mariés augmente au fil des générations et dépasse un tiers dans les générations nées au début des années 1970. Pour les femmes, vivre seule est d’autant plus fréquent que leur diplôme est élevé alors que pour les hommes, vivre seul est une situation plus fréquente lorsqu’ils sont sans diplôme. En revanche, la vie en famille monoparentale qui concerne d’autant plus les femmes et d’autant plus jeunes qu’elles sont peu diplômées.

Diplôme ou enfant, il faut choisir : Si l’évolution de la fécondité se stabilise, ce n’est pas le cas pour les plus diplômées et les nondiplômées. Globalement, l’âge moyen à l’accouchement des femmes recule. Les femmes nondiplômées ont une fécondité plus forte et en augmentation, la fécondité est plus faible et plus concentrée pour les plus diplômées, ces dernières deviennent mères pour la première fois à des âges plus tardifs : les femmes les plus diplômées sont mères pour la première fois en moyenne à 30 ans soit, en moyenne, 5 années après les femmes non-diplômées.

Source: Actu santé

Publié dans Vie de famille

Commenter cet article