Censure et ascension

Publié le par intoxikinfo.over-blog.com

censure.jpg

 

Censure et ascension, en quelque mots de l'actualité de ce samedi 17 juillet 2010.

Alors que nous apprenons avec regret la toute récente censure  du site très respectable des intransigeants, nous apprenons par ailleurs que la publicité faite à François Desouche n'en démords pas moins au point qu'il se figure être "tagé" sur la devanture de ce pont situé à Nantes.

Évidemment, censurer un site dénonçant les dérives de la société actuelle, n'en nous fait pas moins comprendre que cette dernière est prête à tout pour préserver sa population à l'écart de toute prise de conscience de la décadence qui opère lentement mais sûrement.

Mais enfin, il est vrai qu'il n'y à aucune place pour la religion et que cette dernière par sa dominante fasciste et consumériste représente un vrai danger pour les population qui pourrait de près ou de loin s'en approcher.

Il est certain que la télévision et ses millions de programmes sont d'une spiritualité tel que la société aurait tord de nous en priver, elle signe d'ailleurs là sa véritable vocation de son droit intemporel sous couvert de liberté d'expression d'être le tuteur légal de toutes nos générations présentes et futures.

Il va sans dire que ce sont les mêmes qui sous prétexte de vouloir protéger leur population des gros méchants, gèrent vos programmes télévisés vide de sens et de spiritualité et dont l'offre plus que diverse enseigne à nos semblables l'art d'être rien et d'être tout à la fois.

Il convient de censurer tout ce qui pourrait nous rapprocher de nous et de promouvoir tout ce qui nous en éloigne, mes biens chères amis, la route est longue et parsemée d'embûches, et quelles embûches?

Une atteinte à la liberté d'expression que nous ne manquerons pas de suivre sur les médias officiels, ça coule de source, une telle atteinte ne peut qu'être retransmis sur les ondes de ceux qui ne cesse chaque jour de prouver leur plus grand respect à ce que l'on se complaît d'appeler, la "liberté d'expression".

C'est cela oui, la liberté d'être un veaux consommateur sans foi ni loi, humm, j'adore.

Commenter cet article