Télévision et société: La désinformation et l'abrutissement au quotidien

Publié le par intoxikinfo.over-blog.com

C'est ici Wikipédia qui présente la télévision, sans détours!

Télévision et société

Le média de masse dominant

« Aux États-Unis, le nouveau média a évincé la radio et le cinéma pour s'imposer comme la forme de divertissement populaire standard dans les années 1950 ; pays prospère, la Grande-Bretagne a suivi dans les années 1960 » rapporte l'historien Eric Hobsbawm6.

En France , selon le cabinet d'audit Gfk, chaque famille possède en moyenne 1,8 téléviseur.

 

Actualité et média

La télévision est dans la société occidentale l'un des principaux médias d'information, le journal de 20 heures enregistre de très fortes audiences, mais cette portée médiatique n'a pas toujours bonne réputation. Certains sont insatisfaits des analyses, qu'ils trouvent superficielles, d'autres y voient parfois une certaine partialité dans les propos des journalistes, et le choix des informations peut être le témoin, voire l'amplificateur, d'une certaine obsession planant autour d'un sujet. Par exemple, le sujet du 11 septembre a martelé les écrans pendant plusieurs jours, alors que d'autres conflits importants n'ont pas été abordés (notamment sur TF1France 2France 3 et M6).

La véracité des propos tenus dans un journal télévisé est présumée, mais les détracteurs émettent des réserves : les rapports économiques et financiers qu'entretiennent les chaînes télévisées avec le reste du monde peuvent biaiser l'authenticité et les faire se heurter à certaines formes de censure ; les journalistes étant dépendants de ces informations, il est possible qu'une entité fasse pression sur eux pour qu'ils n'ébruitent pas un scandale, au mépris de la transparence et de la qualité de leurs comptes rendus.

Critiques de la télévision

Plusieurs types de critiques sont adressées à la télévision.

La qualité des programmes

  • Les chaînes de télévision sont accusées de céder à la facilité dans la diffusion des programmes au détriment de la qualité.
  • La neutralité des programmes de télévision est considérée par certains comme discutable, ils la voient comme participant autant à ladésinformation qu'à l'information des spectateurs.
  • Les séries télévisuelles sont accusées par certains d'être des fictions qui s'inspirent de la réalité, parfois uniquement de la réalité d'un certain milieu où les gens ne se fréquentent qu'entre eux; elles peuvent déformer le sens des réalités chez les téléspectateurs, ou provoquer des frustrations de par ce décalage illusoire.
  • Les chaînes de télévision ont été accusées de propager la vulgarité et le voyeurisme, notamment lors de l'apparition des émissions detélé-réalité.
  • La télévision est accusée par certaines associations d'être une machine fonctionnant au service des grandes entreprises diffusant des séquences de publicité (les "annonceurs"). La déclaration de Patrick Le Lay, président de la première chaîne française TF1 sur son rôle de vente de "temps de cerveaux disponible" aux annonceurs a été interprétée par ces associations comme un aveu de la réalité de la télévision. Le Lay avait déclaré en juillet 2004 : "dans une perspective 'business', soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. […] Or pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible."7
  • La logique mercantile de la télévision expliquerait, selon ses critiques,la réduction au cours des dernières années de la durée de chaque plan. Christophe Girard, adjoint au maire de Paris et chargé de la culture, écrit, dans la page Débat du journal Le Monde du 24 août 2008, que chaque plan "excède désormais rarement dix secondes.", ce qui contribue à "placer l'esprit du téléspectateur sous tutelle, dans un état de fascination télévisuelle." Cela nuit par ailleurs, selon lui, au fond des émissions : "A la télévision, couper l'image est un moyen très efficace de couper la parole, voire de détruire la pensée ou de noyer le poisson... Ce saucissonage des plans rend difficile la production d'une pensée qui ait un peu de continuité. Chaque intervention ne dure pas plus d'une ou deux minutes et se voit elle-même découpée en tranches de cinq secondes"8.

L'impact des programmes sur les spectateurs[modifier]

  • Plusieurs études scientifiques ont montré que la télévision altère le sommeil chez les enfants, provoquant des heures irrégulières ou tardives de coucher ou en suscitant de l'agitation avant le coucher9. Une étude scientifique publiée en 2008 concernant l'impact de la télévision sur les jeunes enfants (4 à 35 mois) montre que "les enfants de moins de trois ans regardant beaucoup la télévision auraient un sommeil agité et se réveillent plusieurs fois durant la nuit. Pour l'auteur de l'étude, le problème posé est de grande importance, car beaucoup de parents comptent sur la télévision pour endormir leurs enfants"10. En France, la Caisse d'allocations familiales dispense le conseil suivant : "La télévision est une dévoreuse de temps de sommeil : les films ou feuilletons du soir retardent le coucher et les dessins animés du mercredi, du samedi et du dimanche matin incitent l’enfant à se lever"11.
  • Selon une enquête menée au cours de l'année 2006 ,la télévision serait omniprésente dans la vie des français et resterait allumée en moyenne six heures par jour12.
  • La télévision est dangereuse pour le développement des bébés. En France, la direction générale de la santé (DGS) a publié un avis négatif concernant les chaînes de télévision pour enfant, suite aux travaux du groupe d’experts réunis le 16 avril 2008 13. Les associations familiales et les syndicats d'enseignants réunis dans le Collectif inter-associatif enfance et média 14, rappelant que les chaînes de télévision destinées aux bébés représentent un danger pour leur santé et leur développement intellectuel et émotionnel, ont demandé aux pouvoirs publics l'interdiction des chaînes Baby TV et Baby first15,16.
  • La télévision est accusée de banaliser ou de susciter la violence.
  • La télévision est accusée de développer la passivité, ainsi qu'une dégradation de la condition physique des spectateurs par des comportements associés : grignotage et manque d'activité.

Autres critiques

La télévision est accusée de contribuer à l'augmentation de l'obésité à la fois par l'inactivité physique qu'elle entraîne pour le spectateur et par l'effet de la publicité pour des produits alimentaires souvent gras et sucrés. Concernant l'influence de la publicité, un groupe de scientifiques français responsables de questions de nutrition affirmait en 2008, dans une tribune intitulée "Engraisser les enfants pour sauver la télévision"17, et se référant à "des rapports récents" : "Il existe même un lien entre une forte exposition aux publicités télévisées et l'obésité des jeunes de 2 à 18 ans. L'exposition à la publicité télévisée portant sur des aliments de haute densité énergétique (notamment sucrés et gras) est associée à une prévalence plus élevée de l'obésité."

Publié dans Désinformation

Commenter cet article