Lorànt Deutsch, royaliste assumé

Publié le par intoxikinfo.over-blog.com

Photo : © D.
Lorànt Deutsch, royaliste assumé
R.
Lorànt Deutsch est un passionné d'histoire. À tel point qu'il est à l'origine du téléfilm diffusé ce soir sur France 3, racontant la rivalité entre Colbert et Fouquet, le surintendant des finances de Louis XIV emprisonné. Le comédien n'hésite pas à confier son penchant pour la monarchie et la religion.
Lorànt Deutsch, comment est née l'idée de ce téléfilm ?
Fouquet est un personnage méconnu, oublié, mais important. Beaucoup le considèrent comme un traître qui s'est enrichi sur le dos des Français. Mais, même s'il avait ses ambitions personnelles et qu'il n'était pas toujours tourné vers l'intérêt public, il reste, selon moi, digne de légitimité et de connaissance. 

Vous jouez pour la première fois à l'écran avec Marie-Julie Baup, votre épouse (ils viennent d'avoir un bébé, ndlr)...
Ce n'est pas moi qui l'ai amenée sur la fiction, je me serais pris un coup de fusil! Nous avons juste le même agent. Nous avions déjà joué ensemble au théâtre, nous nous sommes d'ailleurs rencontrés sur scène. J'adore travailler avec elle. Nous vivons actuellement à Lyon, où je joue Boubouroche, de Courteline.

Comment est née votre passion pour l'histoire ?
Grâce à Eddy Mitchell! Je regardais la dernière séance et les grands films, comme Ivanoé ou Ben-Hur, qui racontaient l'histoire d'une manière épique. À 10 ans, ma maman m'a acheté L'Histoire de France racontée aux enfants par Alain Decaux et j'ai plongé. Je voulais même à un moment être prof d'histoire en Hongrie...
 
Quelle est votre période de prédilection ?
Je les aime toutes même si, pour moi, l'histoire de notre pays s'est arrêtée en 1793, à la mort de Louis XVI. Cet événement a marqué la fin de notre civilisation, on a coupé la tête à nos racines et depuis on les cherche. On s'est consolés avec la révolution industrielle, on a vécu de paradis artificiels et aujourd'hui on nous les enlève, car c'est la crise économique. Il aurait fallu instaurer, comme en Angleterre, une monarchie parlementaire. C'est comme avec la religion, on essaie de faire triompher la laïcité, je ne sais pas ce que cela veut dire. Sans religion et sans foi, on se prive de quelque chose dont on va avoir besoin dans les années à venir. Il faut réintroduire la religion en France, il faut un concordat.

Publié dans Religion

Commenter cet article