Le suicide du Moi ou, le renoncement.

Publié le par intoxikinfo.over-blog.com

 

Oui le renoncement à soi doit-être considéré comme une forme de suicide du Moi -Dieu que la société contemporaine a délibérément promu.

Oui, choisir la voie du seigneur doit-être perçu et même vécu comme un renoncement à soi sur cette terre pour en espérer le paradis promis.

Le renoncement à soi devrait sans doute faire partie de l'actualité prégnante de la même manière que l'affaire DSK, car il n'y à pas d'autres moments dans l'histoire comme aujourd'hui ou l'on peut dire qu'il y à véritablement deux catégories de personnes vivant dans une même nation ayant à discerner le réel du fictif.

Le renoncement à soi est une voie particulièrement difficile, la société qui nous entoure et omni-préssante nous pousse chaque jour à jouir de l'instant présent, à ne plus contempler le temps mais à le vivre pleinement sous prétexte qu'il n'y aurait qu'une seule vie.

S'il est vrai que nous n'ayons qu'une seule vie sur terre, c'est d'autant plus vrai que celle-ci devrait être vécu à la Gloire de Dieu, à la gloire du bien commun.

Vivre sa vie pleinement signifie qu'il n'y aurait donc rien après la mort, ce qui enlève de facto une limite dans les actions des hommes dans le mal étant donné que nous n'aurons pas à être jugé le jour prochain.

Mais la société contemporaine ne souffre-t-elle pas de cette nouvelle religion laïque poussé à l'extrême qui annule tout le mal et ne puni les hommes que par les lois des hommes.

Combien de père ou de mère de familles souffrent-ils aujourd'hui de la disparition soudaine d'un ou de leurs enfants par des actions d'individus qui ne comprennent plus que la réalité est la réalité.

Des actions commises par des individus qui ne font plus la différence entre le bien et le mal.

Peut-on avoir un point de vue sur le mal, celui-ci peut-il être relatifs à une certaine condition?

Que reste t-il à l'homme nouveau que de consommer encore et encore afin de satisfaire ses pulsions du moments, encore et toujours mise en avant par la société de consommation.

Choisir de ne pas céder à ses pulsions devient de plus en plus compliqué, choisir de ne pas consommer, de ne pas se laisser tenter par un quelconque bien, c'est renoncer au soi n'existant qu'à travers la possession.

Peut-on débattre de cela, la consommation est-elle absolument nécessaire à chaque instant ou peut-on en faire abstraction?

En réalité est-ce vraiment vitale d'être à la mode ou est-il possible de connaître l'état de repos et de bonheur en se contentant du peu?

Renoncer à soi c'est accepté que peu de choses peuvent satisfaire nos réelles besoin, mais le plus compliqué, c'est d'y arriver.

Mais avant d'y arriver encore faut-il être conscient que ce renoncement ou disons, cette sorte de refus à la consommation primitive puisse être possible ou tout simplement même exister.

Cela existe, évidemment cela ne fait pas la une des journaux, mais tout le monde sait intimement que tout autour de nous semble ne tenir qu'à un fil à tel point que trop d'entre nous choisissent souvent la voie du suicide, le vrai, pas celui du renoncement.

Tout le monde s'accorde à dire que la vie est un enfer mais personne de l'autorité publique ayant pourtant une main mise sur les médias ne s'en sert pour justement alerter à la mort de l'âme à travers la sur-imposition du fictif dans le monde réel à tel point que plus les générations humaines passent et plus elles s'éloignent d'un quelconque enseignement spirituel.

Sommes toutes, nous sommes au fond de nous convaincus de la réalité charnelle, nous n'ignorons pas le mal que parfois nous faisons autour de nous, mais comme il n''yà qu'une seule vie, alors si on ne se fait pas attraper, nous ne paierons pas, c'est ainsi que nous vivons, dans l'indifférence d'être nommé responsable de nos actes.

Il n'y à plus de barrière, plus de limite, plus d'autorité, chacun pour soi et cette foi bien entendu, Dieu pour tous.

Bien entendu parler de Dieu en effraie plus d'un, si ce n'est parfois pas pire que d'aller cliquer sur le dernier clip méga hard porno, enfin!

Même sans parler de religion, un homme honnête est tout à fait capable de comprendre cela, il doit même approuver en ce sens, mais il faut être honnête avec soi même.

Demain, la société capitaliste se cassera la figure et nous reviendrons tous, peut-être pas à l'âge de pierre mais pourquoi pas à celui du feu et alors là, nous regarderons de nouveau la terre comme une mère, pour ce qu'elle a à nous offrir, à boire et à manger.

Nombreux enseignement spirituels et religieux sont à même de nous aider à devenir meilleur en ce sens, maître de soi en quelque sorte, tout en croyant au bien commun de tous et ce, par la dévotion à une dimension surnaturelle quasi commune.

Islam, Catholicisme, Bouddhisme, etc..., ce qui compte enfin, c'est la voie dite du bien que nous devons choisir même si parfois nous avons cette impressions énorme d'y laisser quelque chose.

Ce que nous laissons n'est qu'une pulsion momentanée, la repousser, c'est pouvoir la regarder de dessus, c'est pouvoir mettre un nom dessus et ensuite pouvoir la gérer, mais c'est du travail.

C'est dans l'accomplissement de ce travail que nous devons oeuvrer, nous devons nous rendre chaque jour un plus responsable de nous et surtout de nos prochains en ayant pas peur d'en parler car en vérité, il n'y à pas de sujets plus préoccupant que celui-ci, il n'y à rien au dessus de l'homme qui ne puisse être l'accomplissement de la vie.

C'est ce que nous devons accomplir, nous devons restituer la vérité, celle qui fait mal mais qui pourtant est réelle car véritable.

Nous devons être fort et encaisser les coups de la surmédiatisation de la société médiatisé.

Nous devons renoncer à l'enseignement d'état, l'enseignement du renoncement à l'au delà, alors qu'hier nous renoncions à cette vie pour celle d'après, voilà que nous renonçons à celle d'après pour celle d'aujourd'hui.

Comme si celle d'aujourd'hui n'était pas assez longues et semées d'embûche pour ne pas en prendre soin.

Comme si le fait établi que Demain, le jour prochain où nous rendrons l'âme, il ne pouvait exister que le néant.

Évidemment, vu comme ça, comment espérer éduquer les hommes au bien commun et à la responsabilité, c'est comme dire à des loups affamés et attachés autour d'un gibier de partager avec ses congénère, quand les loups seront lâchés, ce sera chacun pour soi et le gibier pour tous.

loups-2.jpg

Publié dans Religion

Commenter cet article

Florian 10/11/2013 18:51

Annonce de la conférence de Florian Rouanet du 25.11.13, Les méfaits de De gaulle et du Gaullisme :

http://youtu.be/_Solz_sMpvo

Sujets abordés :
Capture au fort de Douaumont, entre-deux-guerres, conflit Pétain/De Gaulle, guerre civile franco-française, Ve République, France coloniale, forces juives, doctrine et actualités…

clovis simard 27/10/2012 17:43

Voie Blog(fermaton.over-blog.com)No.8- J'arrive ou je suis né ?

fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 31/05/2012 13:43

blog(fermaton.over-blog.com),No.28. - PSYCHOHISTOIRE. - Conscience de Décadence.

L'Etendard 04/07/2011 04:56


"Même sans parler de religion, un homme honnête est tout à fait capable de comprendre cela" dîtes-vous, eh bien je n'en suis pas certain. Car c'est compliqué même pour un croyant qui place sa foi
dans le Christ. Alors pour quelqu'un qui n'a pas été touché par la grâce de Dieu, on a du mal à imaginer sur quoi il va faire reposer ses convictions.